Don d’organes

On est tous donneurs d'organes. On peut être contre, bien sûr, et s'inscrire sur le Registre National des Refus.

La greffe d’organes est un acte médical de la dernière chance. Elle est envisagée quand l’état du malade se dégrade et que seul le remplacement du ou des organes défaillants par un organe sain, appelé greffon, peut permettre son amélioration. Dans plus de 90 % des cas, le greffon provient d’un donneur décédé. Un seul donneur permet souvent de greffer plusieurs malades. Nombre de maladies graves peuvent conduire à une greffe : insuffisance rénale terminale, malformation ou maladie cardiaque, maladie du foie, mucoviscidose, certains cancers…

Du nouveau-né à la personne de plus de 70 ans, tous les âges sont concernés. La technique de greffe est de mieux en mieux maîtrisée ; ses résultats ne cessent de s’améliorer.

Chaque année, plus de 5 000 greffes d’organes sont réalisées en France. Une personne greffée peut reprendre une vie quasiment normale. Elle peut travailler, avoir des enfants, faire du sport, voyager… Elle doit cependant suivre un traitement à vie pour éviter le rejet de l’organe greffé. En France, on estime que plus de 68 000 personnes vivent grâce à un organe greffé.

Vous vous interrogez sur le don d’organes, consultez le guide pour tout comprendre ainsi que les vidéos des dernières campagnes :

 

 

 

Et si vous vous interrogez, vous pouvez consulter l’Agence de la Biomédecine via :

 

En juin 2017, le Centre Hospitalier de Boulogne-sur-Mer a inauguré, dans le hall, le mémorial des donneurs avec une oeuvre réalisée par Nicole MARTI DECROOS.

Donner et recevoir pour une nouvelle vie

 

PMO INFO (réalisé mensuellement par l’équipe de PMO)

Flash n°1 – 22-06-2021